Archives de juillet, 2013


Moment clé de cette année en PACES : les cours en amphithéâtre.
Vous buvrez la moindre parole de vos professeurs, tout en ayant pour fond musical les doux chants des carrés. Parfois des avions voleront et échoueront juste devant vous.
Pas facile de caser toute ses fournitures sur le peu de place que vous offrent les tables de l’amphithéâtre. Tant pis il faudra faire avec, et passer l’année à se casser le dos sur des strapontins inconfortables.

Top 10

En avant pour un TOP 10 de ce dont vous aurez besoin en cours :

10. Bouteille d’eau.
Surtout pendant l’été où l’amphi se transforme en immense brasier, vous ré-hydrater ne pourra pas vous faire de mal.
Ce petit rafraichissement enlèvera en plus l’impression de bouche pâteuse.
L’ajout d’un peu de sirop peut être préconisé pour les mous du gland, afin de redonner un coup de boost.

9. Portable.
Pour retrouver ses potes parmi la horde d’étudiant, le portable est bien pratique.
Et même lorsque vous vous ennuierez en cours, vous pourrez toujours faire des petits jeux ou bien envoyer des textos. C’est le carré qui parle là :p.

8. Café / Thé / Chocolat chaud.
Je me suis toujours demandé combien de bénéfices faisaient l’entrepreneur qui possédait les machines à café de la faculté. Parce que vu la consommation à la fac de Tours… C’est juste faramineux, rien qu’à voir la queue à chaque pause inter-cours.
En même temps de système de paiement grâce à la carte étudiante monéo facilite vraiment les choses.
Quoi qu’il en soit, une pause café fait toujours plaisir. D’une part parce que c’est convivial de papoter autours d’une boisson chaude et d’autre part parce que la tri-methyl-xanthine (caféine/théine) est une des clés de la réussite en PACES. Elle permet de combler le manque ressenti à cause des heures de sommeil éludées. Et puis même parfois pour rester éveiller en biologie moléculaire, même avec 12 heures de sommeil, un boostant est toujours le bien venu.

7. Encas (pepitos, barres chocolatées, pomme pour plus de diététique…)
Valable principalement pour ceux qui ont oublié de déjeuner le matin, souvent par manque de temps. L’hypoglycémie vous rendra mou et donc peu réceptifs à vos cours.
Idem, les entrepreneurs des distributeurs automatique de nourriture de la faculté doivent s’en mettre plein les poches.

6. Appareil photo.
Personnellement je n’en ai jamais utilisé, mais beaucoup d’étudiant en ont un. « Pour quelle raison ? » me diront les néophyte. Et bien sachez qu’en principe les profs sont censés mettre leur cours sur l’ENT (environnement numérique de travail) qui est la plateforme internet de l’université. Sauf que seulement 60% des PDF de cours sont disponibles sur cet ENT. Par conséquent, certains étudiants prennent en photo les diapos afin d’être sur d’avoir les diapos. C’est essentiel car parfois le prof ne donne pas à l’oral l’intégralité des informations qu’il y a sur le diaporama.
Enfin sachez que le plus important reste ce que dit le prof, par conséquent il est mieux de s’organiser à deux dans ces cas là : un qui prend en photo et l’autre qui note le cours. Car faire les deux à la fois s’avère compliqué. Sachant que cette technique est véritablement à privilégier dans les cours des profs qui ne mettent pas leur diapos sur l’ENT. Essayer dès le début d’année de récupérer par un ancien étudiant/carré, l’intégralité des diapos de l’année, car il y a pas mal de cours qui ne changent pas d’une année à l’autre.

5. Sac à dos.
Dans votre sac vous pourrez transporter tout ce dont vous aurez besoin. Pour les filles cela va du maquillage aux serviettes hygiénique, mais pour les hommes ne sous estimer pas l’importance de cette merveilleuse invention.
Mon sac était un gros bordel mais heureusement que je l’avais : boules quies, trousse, ordi, ipod, écouteurs, pochette de feuilles, documents, chewing gum, lunettes de soleil, clés, kleenex, règle, agenda, désinfectant mains...

4. Lunettes de vue / Lentille.
Pour tout ceux qui ont des problèmes de vue, si vous les oubliez vous serez un peu dans le pétrin : impossibilité de voir le prof, vision de taches floues sur les écrans géants…
Pour l’instant de ce côté là tout va bien pour moi, je touche du bois.

3. Dictaphone.
Il vous manque une partie du cours ? Pas de soucis, il vous suffit de jeter un coup d’oeil sur votre Dictaphone et de noter la minute et la seconde inscrite sur votre cours. Puis laisser un blanc et reprenez dès que possible. Ensuite chez vous, vous n’aurez plus qu’à écouter l’enregistrement.
Pour les profs qui pratiquent la loghorrée ou diarrhée verbale, cet engin est particulièrement adéquat.

2. Trousse.
Bah ouais, la base quoi : des stylos, des ciseaux, un blanco… Bref de quoi écrire pour prendre le cours. D’ailleurs je conseille de l’amener même pour ceux qui travaillent sur ordi, ça sert toujours. Notamment pour s’entrainer sur d’anciens QCM ou se faire des schémas/fiches pour bien piger le cours.

1. Ordinateur.
De préférence un Macbook (c’est un petit bijou), qui vous permettra de compiler l’ensemble de vos cours. Mais il a surtout un grand avantage : comme j’ai du le dire sur mes précédents articles, le moindre détail de cours est important en PACES… Or les profs font souvent défiler les diapos à la vitesse de l’éclair (certains ne les mettent pas sur le support internet en plus). Si vous avez un niveau de dactylographie minimum, vous verrez qu’on va beaucoup plus vite à taper qu’à écrire manuellement.

Voilà pour ce petit TOP, et surtout dernière chose essentiel : n’oubliez pas votre tête en quittant votre chambre, sans elles vous aurez du mal à suivre.


Après les écuries ou prépas privés réelles, voici que nous vient des fins fonds de la sphère médecine les prépas virtuelles. C’est à dire des prépas sur internet.

Ma prepa quotidienne

C’est le cas de  » http://www.ma-prepa-quotidienne.fr « , qui est disponible à la rentrée dans 12 facultés de médecine (Marseille, Montpellier, Saint-Etienne, Lyon Est, Poitiers, Tours, Angers, Dijon, Nancy, Paris VI, Lille, Corte) et son prix est d’environ 240 euros pour un semestre, 360 euros pour les deux.

Le principe est de former les élèves de PACES au concours à distance. En soit ce peut être un bon complément pour se former lorsque l’on est chez soit. Ce sont les merveilles d’internet qui sont mis à disposition : panneaux interactifs, possibilités d’accès n’importe où, entrainement facilement accessible, des forums pour échanger avec les tuteurs… Bref je suis pour le concept surtout quand on voit les ambiguïtés qu’il peut y avoir pendant les cours.

Voici leurs arguments, je vous laisse en juger :

« 1. Nous vous accompagnons dans la partie la plus importante de votre travail : votre travail personnel

Répartition du temps de travail en PACES à ToursLes lauréats du concours de 1ère année vous le confirmeront : le plus important pour réussir le concours santé est la qualité du travail personnel. Si vous êtes étudiant(e) ou futur(e) étudiant(e) en PACES, cela vous concerne directement : la vraie différence pour vous démarquer et réussir votre concours va se jouer sur la qualité de votre travail personnel fourni tout au long de votre année.

Comment organiser mon travail personnel pour être efficace ?
Prenons exemple sur les étudiants qui réussissent. Ceux-ci respectent le plus souvent deux étapes pour optimiser l’apprentissage de leurs cours :
1. lecture et mémorisation du cours ;
2. apprentissage approfondi à travers des QCM…

 

Après une première approche du cours, les QCM vous permettent de prendre du recul pour la consolidation de vos connaissances. Vous abordez des notions clés avec une meilleure appréciation donc vous apprenez intelligemment et vous retenez mieux. Mais lorsque l’on s’entraîne tout seul à répondre à des QCM, vous êtes confrontés à deux risques :

  • les QCM des concours précédents ne correspondent pas forcément aux nouveaux cours ;
  • il est difficile de se corriger seul et de comprendre ses erreurs.

Nous vous proposons une méthode qui vous permet de résoudre ces difficultés et de vous aider à optimiser l’efficacité de votre travail personnel :

2. Chaque soir, vous disposez de 10 nouveaux QCM composés à partir de vos cours du jour même.

Nous mettons à votre disposition tous les jours vers 19h00, des courtes séries de QCM élaborés à partir de vos cours du jour même à la faculté afin d’optimiser votre travail personnel :

  • les QCM collent parfaitement aux cours.
  • vous disposez d’une correction personnalisée instantanée.
  • vous pouvez poser vos questions en ligne à tout moment.
  • vous ne perdez pas de temps, une vingtaine de minutes suffisent chaque jour.

Un tuteur récupère le cours en amphi en même temps que vous, puis le transmet à un autre tuteur qui se charge de rédiger des QCM « frais » pour vous les servir le jour même. Voici plus d’informations sur les tuteurs :

3. Des tuteurs classés parmi les meilleurs

Les tuteurs intervenants sont des étudiants de 2ème ou 3ème année pleinement investis et motivés (rémunérés, et non bénévoles) qui ont brillamment réussi leur concours de première année et sont toujours disponibles pour vous aider et vous conseiller consciencieusement. Vous pouvez consulter les profils des tuteurs.

Les tuteurs ont vécu le concours de l’intérieur, ont surmonté ses épreuves et ont remarquablement réussi. Ils sont devenus malgré eux de véritables «spécialistes» de ce concours. Ils connaissent les professeurs, leur manière de poser les questions, les subtilités des cours et les stratégies d’optimisation du travail. L’équipe des lauréats est la mieux placée pour s’occuper de l’aide en ligne. Voici les avantages que vous proposent les tuteurs :

4. Progressez efficacement

Lorsque vous répondez à une série de QCM, vous pouvez dépasser le temps imparti pour éviter de laisser des QCM sans réponse : en cas de dépassement du temps vous visualisez 2 notes ; une en temps réglementaire, l’autre en temps écoulé. Idéal en début d’année lorsque vous n’êtes pas encore assez rapide.
Vous disposez d’une correction personnalisée de vos QCM avec des commentaires.
Vous visualisez vos statistiques, notes, classements en temps réel : vous réagissez rapidement en cas de faiblesse et stimulez votre motivation lorsque vous progressez. Et en cas de difficulté :

5. Vous posez vos questions 24h/24, nous y répondons 7j/7

  • Vous intervenez de manière anonyme sans timidité ;
  • Vous disposez d’un forum finement organisé selon les matières et les chapitres pour une navigation intuitive ;
  • Lors de la correction d’un QCM vous pouvez participer et profiter de l’échange de questions/réponses entre étudiants et tuteurs ;
  • Vous êtes prévenu en direct dès qu’une de vos questions est résolue.

Vous l’avez compris, vous restez concentré sur l’essentiel :

6. Gagnez du temps

  • Économisez les temps de trajets ;
  • Visualisez votre correction immédiatement ;
  • Allez à l’essentiel sans être ralenti par le rythme d’un groupe ;
  • Inutile de chercher et de trier vos QCM pour votre travail personnel, nous nous occupons de tout.

7. Habituez-vous aux conditions de l’examen PACES

  • Application du temps réglementaire pour vos QCM ;
  • Format des QCM identique à celui de l’examen ;
  • Notation fidèle à celle du concours à la faculté. »

Le titre présente seulement deux recettes de l’assiette que vous pouvez voir sur la photo. Pour ce qui reste c’est de l’improvisation totale étant donné qu’il me restait une feuille de brick inutilisée.

Bref toujours dans cette série de recettes de l’été, voici un plat qui nous vient du Maghreb (même si là c’est un peu ma version) et qui est délicieusement rafraichissante.

Birouate vache qui rit et salade poivrons-tomate

Ingrédients :

– 1 petit poivron rouge.
– 1 tomate.
– 1 càs de jus de citron
– basilic frais.
– 1 càs de vinaigre
– 3 càs d’huile d’olive.

– feuilles de brick.
– 2 oeufs.
– 1 vache qui rit.
– 1 rondelle de chèvre.
– safran, piment doux, romarin.

Recette pour une personne :

Commençons par la petite salade de tomates-poivrons. Coupez vos poivrons finement tout en prenant soin de retirer tous les pépins. Personnellement je ne retire par la peau soit disant indigeste… c’est plein de vitamines.
Passez le quelques minutes au grill afin de faire sortir les saveurs, tout en prenant soin de ne pas carboniser vos poivrons.
Coupez vos tomates et mettez les dans un saladier avec les poivrons.
Rajoutez l’huile, le vinaigre, le basilic frais et le jus de citron. Puis ensuite placez le saladier au réfrigérateur pour que tout cela marine tranquillement.

On enchaine sur les délicieuses briouates à la vache qui rit .
Vous allez faire deux bols :
– 1er bol : un oeuf complet + un blanc d’oeuf
– 2 ème bol : un jaune d’oeuf.
Avec votre premier bol, vous allez brouiller les oeufs dans une poêle en assaisonnant selon vos préférences (sel, poivre, épices…).
Puis vous allez placer votre préparation au centre d’une feuille de brick. Par dessus placez la vache qui rit.
Je rajoute ensuite un peu de romarin puis referme le tout.
Avec un pinceau à cuisine et votre deuxième bol, badigeonnez la feuille de brick de jaune d’oeuf, c’est ce qui donnera le côté doré et délicieusement croustillant.

Enfin, la petite tartine de feuilles de brick :
Avec ce qui vous reste de pâte filo (c’est grossièrement la même chose que feuille de brick), pliez la de façon à faire un triangle.
J’ai ensuite placé un peu d’oeuf brouillé recouvert de chèvre et de romarin.
Puis badigeonnage au jaune d’oeuf obligatoire 🙂

Bon appétit les amis !

Petits plus :

– Tomate : si vous pouvez prenez la variété « coeur de boeuf »… Elles sont vraiment délicieuse, surtout en salade car le côté cru renforce l’importance de la qualité du produit.

– N’hésitez pas à faire un stock de feuilles de brick, c’est vraiment un ingrédient multifonctions : cigares au chocolat, nems, pastilla de poulet…

– Entre le basilic séché en pot (que je possède dans mon petit appart’ d’étudiant) et le basilic frais du jardin de ma mère il n’y a pas photo… Le goût du basilic frais est dix fois plus marqué.

– Remarquez que j’utilise peu de matières grasses. Enfin je limite au maximum, remerciez moi de penser à vos petites artères qui se boucheront dans quelques années.
C’est ça la cuisine par thecarabin : santé, saveur, équilibrage… Je sais que certains rajoute du beurre en plus dans les briouates, c’est de la gourmandise dangereuse à la longue.


L’été revient, et la chaleur aussi. Je sors donc des petites recettes estivales, fraiches à souhait pour se régaler. On commence par un dessert qui nous vient tout droit d’Italie : la trifle.
Pour l’accord des saveurs, je l’ai trouvé lors d’un petit déjeuner. L’abricot se marrie à merveille avec le spéculos, une vraie tuerie.

Trifle spéculos-abricot 2

Ingrédients :

– 2 biscuits spéculos de type Bastogne de Lu (les meilleurs).
– 2 à 3 abricots selon la taille.
– 1 fromage blanc ou yaourt nature/vanille.
– Des toppings : décoration, caramel… selon le gout.

Recette pour 1 personne :

Commencez par piler grossièrement vos 2 spéculos afin d’obtenir plusieurs petits morceaux et non de la poudre. Puis le disposer au fond de votre vernie. Vous pouvez faire plusieurs étages également, moi j’ai préféré n’en faire qu’un seul.

Prenez un yahourt bien frais qui sort tout juste de votre réfrigérateur, puis mélangez le avec la moitié de vos abricots coupés en tranches. Versez cette dernière préparation dans la verrine.

Recouvrez le tout avec le reste de vos abricots en tranche afin d’avoir une verrine vraiment jolie. Vous pouvez ensuite ajouté vos topping, moi j’ai choisi des copeaux de chocolats en vermicelles nappés de colorants.
C’était donc plutôt pour le côté esthétique.

Savourez ce dessert bien frais, au bord de votre piscine ou sur votre terrasse : le bonheur !

Petits plus :

– J’ai eu la mauvaise idée de remettre les verrine au réfrigérateur pour les garder bien au frais, c’est déconseillé avec les vermicelles car étrangement ils fondent. Du coup c’est moins joli, mais bon…

– Ne rajoutez pas de sucre, la quantité présente dans la recette est largement suffisante.

– Alternative : Si vous aimez l’acidité n’hésitez à rajouter du jus de citron dans votre préparation. J’ai essayé également le mélange fraise / biscuit au chocolat et c’est aussi délicieux.


Faire un an de PACES, se casser les fesses. Mais pourquoi au final ? Pourquoi faudrait il mettre sa vie satellite en stand by pendant toute une année…
Zoom sur les facteurs moteurs.

Motivation

Certains se disent que pendant 1 voire 2 ans, on doit bosser comme des dingues sans avoir une certitude de résultat. Le pire c’est qu’en cas de réussite, de nombreuses années d’études suivent derrière. Alors pourquoi faudrait il se donner du mal ?

Pour certain la médecine est une véritable vocation, ils veulent faire cela depuis leur plus tendre enfance. Pour d’autre, c’est le docteur mamour de Gray’s Anatomy qui leur a donné envie, après tout il est tellement séduisant.
Il existe aussi des énergumènes qui font cela juste pour avoir un job rassurant qui paye bien. Oui certaines veulent devenir médecin pour fric, c’est assez malheureux à dire.
D’autres ont perdu des proches et sont révoltés par l’impuissance de la médecine moderne, ils veulent apporter leur contribution à l’éradication des maladies.

Quoi qu’il en soit, durant mon job d’été (je fais la moisson actuellement) j’ai pu me rendre compte à quel point on a de la chance d’exercer dans un domaine très intéressant. Tous les jours dans les silos je vois des manutentionnaires n’ayant pas de diplôme qui font un travail extrêmement ennuyeux et répétitif.
Les parents ont toujours poussé les enfants à bien travailler à l’école dans ce but. D’ailleurs sur ce point cela me fait rire d’entendre les plébéiens critiquer le salaire des médecins, qui possèdent un doctorat et soignent des vies. A côté de cela, ça ne dérange personne de mettre 40 euros chez le coiffeur pour un nouveau brushing.

Alors que Dan Brown dans son nouveau roman « Inferno » pose la question soulevée déjà par Malthus ou le club de Rome : nous nous dirigeons vers une surpopulation, la terre pourra-t-elle subvenir aux besoins de notre espèce ?
La médecine moderne s’efforce de soigner, diagnostic, rechercher… Afin d’améliorer ou de sauver la vie de milliards d’âmes humaines. Parce que les vies humaines sont bien plus que de simples chiffres, ce métier est le plus beau du monde. Être médecin, cela se mérite.


La rentrée quelle que soit la filière est un moment d’anxiété et de tension. En PACES encore plus, on sort du lycée et on est parachuté dans un monde universitaire bien différent. Contrairement au lycée où l’on est encadré par nos professeurs, à la faculté on est beaucoup et par conséquent on peut d’avantage parler de conférenciers. Ce sont des cours magistraux devant une horde de P1 et les interactions avec les professeurs sont difficiles, elles passent principalement par internet (pour les facs les plus organisées).

Rentrée

Tout d’abord nous pouvons parler de la pré-rentrée proposée par les prépas privées ou par votre tutorat. Selon moi, elles sont vraiment très utiles pour les primants, afin de se mettre dans le bain. Elles vous serviront à prendre un rythme, mais ne vous formalisez en aucun cas : ne prenez pas peur en voyant l’étendue des connaissances à acquérir, ou bien face à la vitesse à laquelle vont vos tuteurs. C’est une sortes de trailer pour vous montrer un peu comment se passe la P1. Même les espèces de mini-colles proposées sous formes de QCM, les résultats sont complètement bidons et ne refléteront pas les classements que vous aurez dans l’année. En effet il est impossible d’apprendre tout le programme de pré-rentrée, par conséquent c’est à celui qui aura le plus de chance.
Je vous conseille vraiment de la faire si vous en avez l’occasion. Elle doit être une source de motivation, une première approche mais surtout par un élément démoralisateur. J’ai vu bon nombre de personnes pleurer face au mur qui se présente à eux (principalement des demoiselles), raisonnez vous.

 

Quand vous êtes doublant, vous avez la possibilité de bosser un peu vos cours pour l’année qui arrive. Le tout est de ne pas se pourrir l’été : bien se détendre, vous en aurez besoin avant le grand rush. Réviser, OK, mais avec modération. Reprenez vers la fin des vacances tranquillement et classer vos cours pour vous y retrouver.
Avec un copain on avait entreprit de faire une super compilation de nos cours, afin d’avoir des polycopiés très complets. C’est aussi une autre manière d’aborder la chose, mais attention car les cours peuvent changer d’une année à l’autre. Libre à vous d’entreprendre vos propre stratégie vers la réussite.

 

Enfin qu’avez vous besoin concrètement pour attaquer votre année ?

– Un lieu de vie confortable si possible pas trop loin de la fac car vous verrez la moindre parcelle de temps vous sera précieux. Le calme et la sérénité sont aussi de bons critères, si vous habitez dans une cité U bruyante, vous verrez que ce n’est pas cool pour bosser. Idem si votre voisin de pallier est un amateur de grosse soirée à la bonne franquette.

– Un bureau tout équipé : des fournitures de base (stylos, lampe…), un ordinateur pour compiler toutes vos données, une chaise confortable car elle supportera votre postérieur de longues heures…
Le tout est de savoir sur quel support vous aller prendre vos cours : papier ou ordinateur. Je sais que j’avais commencé sur papier, mais finalement j’ai bifurqué sur un petit macbook pro pratique à transporter pour la simple et bonne raison que certains profs vont trop vites. En P1 on est à l’affut du moindre détail pouvant tomber en QCM, du coup la prise de notes est primordiale. Avec mon petit ordinateur je pouvais prendre la moindre parole du prof, ce qui était impossible avec mon poignet à vrai dire.
Dans cette optique un Dictaphone pourra être éventuellement acheté.
Sachant que certains cours comme ceux d’anatomie, du moins pour les dessins, ne pourrons être pris qu’à la main.

– Des livres de médecine : ne prenez que ceux qui sont conseillés pour votre facultés, et encore certains ne vous serviront pas ! En effet, le programme est super variable selon les facs. Et puis ne vous inquiétez pas, si jamais il vous manque des informations les bibliothèques universitaires de santé sont très bien équipés en bouquins.

– Une alimentation équilibrée et une bonne hygiène de vie.
Pour la bouffe, ne soyez pas des caricatures de l’étudiant moyen : ne faites pas que des plats préchauffés au micro-onde. Prenez le temps de faire à manger, vous verrez que votre forme en sera énormément dépendant. Le restaurant universitaire est également un très bon plan pour manger équilibré sans exploser votre budget.
Moi je prenais aussi du boostant pendant les révisions qui peuvent être vraiment ennuyantes et redondantes : des comprimés de vitamines et gynseng. D’autres carburent au café, encore une fois chacun sa méthode pour péter le feu.
Dormez suffisamment et prenez des pauses. C’est le garant de votre forme et donc de votre efficacité au travail. Il est important de se donner du temps parfois pour décompresser (je ferais surement un article plus détaillé dessus). Faites vous plaisir sans trop abuser et la P2 vous tendra les bras.


Il existe des soirs ou l’inspiration vient tout seul. Là j’ai vu les toast, du jambon qui restait dans le réfrigérateur puis tout s’est enchainé très vite, comme une symphonie de Vivaldi !

Toast wonderland

 

Ingrédients :

Alors le principe c’est principalement de finir les restes, vous pouvez faire cela avec du bacon qui traine, de la mayonnaise, du taboulé…

En l’occurrence j’ai utilisé :

– 4 tartines de pain de mie complet.
– Jambon
– Moutarde maille fin gourmets (ne cherchez pas en rayon, c’est la meilleure !!)
– Saucisson
– Ketchup
– Leerdamer
– Emmental.
– Basilic, Romarin, Origan, Herbes de provence, Coriandre.

Recette :

J’ai fait 4 toasts différents comme sur la photo, sachez qu’il faut les passer au grill environ 5 à 10 minutes selon la puissance :

1- Le « Boucher italien » :

Jambon, Ketchup, Citron, Basilic : pas mal la balance entre viande et acidité, cela donne un goût sympathique.

2- Le « Spicy franchouillard » :

Saucisson, Moutard maille fin gourmets, Romarin : grosse bonne surprise après un passage au four cela reste vraiment délicieux, moi qui pensait que le saucisson chaud était une hérésie.

3- Le « Gourmand de provence » :

Ketchup, Leerdamer, Origan, Herbes de provence : le fromage fondu avec un peu de tomate aux couleurs du sud, un classique…

4- Le « Croque poncho » :

Jambon,Emmental , Coriandre : vraiment bon, pareil rien de plus simple mais toujours aussi bon. Miam mioum.

Bon appétit tout le monde !

Petits plus :

– Surtout à partir du moment ou il y a du fromage, placez le au dessus pour que votre super-grill le fasse fondre et le gratine.

– C’est super facile à faire, on peut même les concevoir en tant qu’atelier culinaire avec des enfants ou bien lorsqu’un midi on a pas trop le temps de cuisiner.
Accompagnez le d’une petite salade de mâche, régal garanti !