Quand TheCarabin joue aux journalistes Tourangeaux

Publié: février 1, 2014 dans Blogosphère

Envoyé spécial à l’exposition Vivian Maier.

Vivian Maier

La promenade dominicale sur les bords de la Loire nous a mené jusqu’à l’exposition Vivian Maier intitulée « Une photographe révélée ». Nous commencerons par souligner l’aspect exceptionnel du lieu qui a été entièrement rénové et par la même occasion revisité pour accueillir des expositions.
On dit souvent que le contenant est aussi important que le contenu, on ne déroge pas beaucoup à la règle aujourd’hui.

Au fil des salles nous découvrons des visages, des expressions, des émotions, des rues, des bâtiments, des autoportraits, du bruit, de l’agitation, de la paix, de la sérénité, de la souffrance, des larmes de joie, de l’élégance, des bourrelets, du chamboulement… Un florilège d’instants capturés pour l’occasion par une photographe d’origine franco-autrichienne qui a vécu aux USA. C’est donc les Etats-Unis d’Amérique d’après guerre que la photographe nous montrera avec son petit objectif.
Son histoire est d’ailleurs singulière, parce qu’à sa mort la photographe ne savait pas qu’elle deviendrait une des figures majeures de la street photography. Les étonnantes prises de vues ont été découvertes par hasard par John Maloof en 2007 à Chicago. De son vivant, l’artiste n’a jamais exposé son travail au grand public.

Nous avons donc été bluffé par les photos argentiques, même si quelques films et photos en couleurs complètent la collection. La beauté des clichés est saisissante et montre une réelle curiosité de l’artiste.
En quelques photos on voyage énormément à travers les paysages et les visages. Notamment ceux des enfants pleins de malices, normal vous me direz puisqu’à la base madame Maier était gouvernante de profession.
On l’imagine très bien, et d’ailleurs on la voit à travers pas mal d’autoportrait, vagabonder dans la rue à la recherche d’instants à saisir. Avec une soif toujours plus forte de capturer le moment éphémère, de mettre en lumière le vagabond ou la ménagère, Viviane photographie.
Une des captures représentant une femme de dos avec ses deux petites filles est juste superbe et reflète à elle seule une Amérique des années 60 en plein essor économique. On pourrait lancer un single d’Elvis Presley et l’ambiance serait parfaite.
Exposition régulée au diapason dans un cadre d’exception par des amateurs de photographie. Pour la contempler, rendez vous au bout de la rue Colbert après la floppée de restaurants hétéroclites. Nous en profitons pour remercier l’association « le jeu de Paume » pour cette excellente découverte.

Vous pourrez retrouver également l’exposition de sculpture de Chantal Daniaud et l’exposition d’art contemporain intitulée «Eternal Network ». Elles nous ont moins intéressés, en tous cas nous n’y avons été touché de la même manière. Néanmoins les plus grands amateurs pourrons y trouver leur bonheur. A elle seule, l’exposition Maier vaut le déplacement pour un voyage garanti qui rendra plus d’une génération nostalgique.

Exposition Vivian Maier
« Une photographie révélée »
Château de Tours du 9 novembre 2013 au 1er juin 2014.
Entrée gratuite.

Crédits photographiques : loireatlantiquephoto.fr

Publicités

Exprime toi sur TheCarabin

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s